POUR UN 2e SMUR

Publié le par Gérard Perron

URGENCE POUR LES URGENCES

 

 

Comme plusieurs élus du Pays de Lorient, j'ai été interpellé par les responsables des organisations syndicales des pompiers des casernes de Lorient et d'Hennebont pour la création d'un 2ème S.M.U.R. (Service Mobile d'Urgence et de Réanimation).

 

 Evidemment comme eux, je pense qu'un 2ème S.M.U.R. est indispensable dans le Pays de Lorient pour améliorer les services d'urgences, urgences qui n'ont cessé de se dégrader depuis la fermeture de celles de l'hôpital d'Hennebont en 1999 malgré les luttes importantes menées par le Comité de Soutien et de Vigilance pour les empêcher.

 

 Je rappelle qu'à l'époque le service d'urgences d'Hennebont accueillait 17 000 personnes par an. Il n'est donc pas surprenant de constater les difficultés grandissantes des urgences du C.H.B.S. sur le site de Bodélio dans la mesure où depuis 1999, celles-ci, comme partout en France, ont connu et connaissent un afflux de plus en plus important de patients.

 

 Cet afflux est aujourd'hui reconnu par tous les personnels de santé comme étant une conséquence de la diminution de la permanence de soins due à une baisse du nombre de médecins.

 

 Comme beaucoup d'élus, j'avais dénoncé à l'époque l'instauration de ce "numerus clausus" qui a conduit aujourd'hui à cette pénurie de médecins, pénurie à laquelle les autorités médicales, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation notamment, répondent par la fermeture des hôpitaux de proximité ou de plusieurs de leurs services, transférant leurs personnels dans des centres hospitaliers plus importants.

 

 C'est ce qui risque de se passer pour l'hôpital de Quimperlé menacé de perdre ses urgences, sa maternité, sa chirurgie comme Hennebont dans les années 1997-2000.

 

 Que se passerait-il si les urgences de Quimperlé venaient à fermer ?

 

 A une saturation encore plus grande des urgences de Bodélio (manque de locaux et de personnel) avant que celles-ci ne soient transférées sur le site de Calmette, c'est-à-dire au mieux dans 3-4 ans.

 

 C'est l'une des raisons pour lesquelles il y a "urgence pour les urgences". Urgence de leur donner les moyens suffisants pour répondre aux besoins qui, de l'avis même des professionnels, vont continuer à progresser du fait notamment d'une population vieillissante.

 

 Renforcer les urgences passe entre autre par la mise en place d'une 2ème équipe du S.M.U.R. dans le Pays de Lorient qui compte 250 000 habitants à comparer du Pays de Vannes où il existe 4 S.M.U.R. pour un secteur de 330 000 habitants.

 

 Il faut faire vite avant, comme l'évoque le directeur du C.H.B.S. dans la presse locale, qu'un accident grave ne survienne. Toujours dans la presse locale, un médecin urgentiste déclare : "il est impossible à l'heure actuelle d'accompagner tous les patients souffrant de douleurs thoraciques." Un infarctus du myocarde n'est-il plus une urgence ?

 

 C'est la raison pour laquelle j'appuie sa proposition de mettre cette question à l'ordre du jour de la prochaine Conférence Sanitaire. De mon côté, je proposerai au prochain conseil d'administration une motion réclamant plus de moyens pour le C.H.B.S. et la mise en place d'une 2ème équipe de SMUR.

 

Publié dans HENNEBONT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article